AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Une balade catastrophique (PV Cailan)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ciel Phantomhive
|♂|Élève|♂|
avatar
MessageSujet: Une balade catastrophique (PV Cailan)   Mer 11 Jan - 13:14

C'était une belle après-midi, ensoleillée et sans un pet de vent. Les rues était remplies de mondes, petits, grands, vieux, jeunes... C'était les soldes après tout. De cette foule grouillante un jeune homme détonnait. Ciel, l'air passablement énervé, marchait en essayant tant bien que mal d'éviter les gens, seulement il y en avait trop et le jeune homme avait autant de chance de passer entre des gouttes de pluies le jour d'une averse que là d'éviter de se faire coller par tout un amas de personnes inconnues. Un véritable cauchemar. Il grimaça quand un homme lui marcha sur le pied, ses bottines n'étaient pas neuves mais elles n'avaient pas besoin d'une trace poussiéreuse de semelle ! Il lança un regard furibond au malpoli qui ne le regarda même pas. C'était le COMBLE. Ciel serrait les dents en essayant de contenir un flot de jurons, dire qu'il était allé en ville, seul, pour acheter un nouveau manteau-il craignait qu'il y ait des mites dans l'internat donc il voulait avoir quelque chose de rechange- et qu'il avait du vivre l'horrible, l'insurmontable épreuve du bus ! Étant d'une taille assez petite, le bus étant bondé, les places assises prises, il avait du rester debout, collé à des gens qui levaient le bras pour se tenir aux barres métalliques... Et il avait presque le nez sous leurs aisselles !! L'odeur de transpiration était vraiment un fléau, c'était inhumain ! Ciel secoua sa tête, ce n'était pas son jour de chance ! En plus de devoir survivre aux mauvaises odeurs il avait du garder une attitude de roi pendant que tout le monde le regardait avec de grands yeux exorbité ! Les gens manquaient VRAIMENT de politesse ! C'était incroyable ! Il regarda autours de lui avec les sourcils froncés, si lui ne supportait pas toute cette mascarade, les autres avaient l'air bien heureux ! Un éclat de rire strident provenant d'une femme aux lèvres trop rouges lui écorcha les oreilles. S'en fut trop. Il s'éloigna un peu du milieu, espérant sortir de cet enfer, et buta contre une chaise.

-Si les chaises se mettent à m'énerver maintenant !

Il soupira. Un café. Sauvé. Il allait pouvoir attendre qu'il y ait moins de monde en sirotant un thé, cette perspective lui tira un sourire, quoiqu'un peu pâle vu qu'il se demandait en parallèle le goût qu'aurait ce thé et si il n'attraperait pas une quelconque maladie. Il entra dans une salle puis monta pour aller s'installer à la terrasse. Il aurait ainsi une belle vue sur les toits des maisons et, s'il se penchait un peu, sur le crâne des passants. Ciel allait s'asseoir à une table quand il remarqua une tignasse brune.

-Cailan ?

Ciel s'approcha. C'était bien lui. Le jeune homme se demanda si son majordome faisait les soldes aussi, mais il s'abstint de poser la question, il avait envie de parler de lui, pas de soldes. Il prit place en face de Cailan et croisa les jambes, son air hautain était revenu sur son visage.

-Pendant que tu te prélassais ici moi je vivais la pire expérience de toute ma vie ! J'ai du prendre le bus, et je ne sais même pas si rester une heure à mariner dans un bain m'enlèvera cette odeur horrible que j'ai dans le nez, il faut qu'on rappel mon chauffeur, je ne veux plus jamais me retrouver avec tout ces... Porcs !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://b-cloud-and-lollipop.forumactif.com/t575-ciel-phantomhive
Cailan O'Shea
°ø~Cuisto~ø°
avatar
MessageSujet: Re: Une balade catastrophique (PV Cailan)   Mer 11 Jan - 16:47

Le début de l’après-midi pointait le bout de son nez et Ciel ne l’ayant pas sonné, Cailan avait prit la liberté de se changer pour porter sa combinaison fétiche en cuir et ce dans l’unique but de sortir sa belle compagne mécanique du garage où elle avait son aire de repos. Une fois qu’ils avaient été tous deux dehors, c’est avec un sourire ravi qu’il l’avait enfourchée, appréciant toujours autant le contact froid du métal sous ses doigts. Mettant son casque puis ses gants, eux aussi en cuir, il avait démarré sans demander son reste.
Il avait tout d’abord roulé sans but, se moquant pour le coup de la consommation d’essence et d’une quelconque écologie. C’était son petit plaisir et il ne comptait pas s’en priver tout de suite. Oui, c’était assez égoïste de sa part. Mais personne n’est parfait. Et surtout pas lui. Il ne savait pas combien de temps il avait simplement roulé, ne se préoccupant uniquement de la sensation grisante qui parcourait ses veines. Mais il avait fini par bifurquer vers le centre-ville d’un air serein, souriant, comme toujours. La vision floue qu’il avait sur le paysage ne le dérangeait pas. Il l’avait déjà observé à d’autres reprises. Cela dit, il était ravi de la présence des rayons du soleil. A cet instant, le petit bout d’après-midi qui s’était écoulé ressemblait à un petit morceau de paradis.
Si initialement l’irlandais avait prévu d’aller faire un petit tour dans le bar à motards qu’il fréquentait, il se ravisa, se rappelant qu’il était, pour cause de congés mérités, fermé. Finalement, il se décida pour un petit café du centre qu’il connaissait et dont la propriétaire ne lui était plus inconnue. Jenn. Jolie brune aux yeus gris. Cela faisait quelques temps qu’il l’avait vue en plus. Deux raisons d’aller à son café.
De nombreuses mères se baladaient avec leurs bambins et la période des soldes semblait avoir motivé la populace à sortir. Et à se masser sur les trottoirs ainsi qu’à traverser n’importe comment sans se soucier des passages cloutés … Soupirant à l’intérieur de son casque, le cuisinier roula prudemment, ne tenant pas à être responsable d’un accident de la route. Se garant sur le petit parking à côté du café, il descendit de sa bête avant de la caler et d’y mettre l’antivol. Ce n’est qu’après ça qu’il retira ses gants puis son casque et qu’il passa une main dans sa tignasse pour le remettre dans un désordre organisé. La tenue de cuir près du corps qu’il portait sembla attirer l’œil de demoiselles qui passèrent à ce moment-là. Mais il n’en avait cure.
Casque à la main et gants rangés à l’intérieur de celui-ci, Cailan passa la porte d’entrée, provoquant un petit tintement de cloche des plus joyeux, et chercha la belle propriétaire des yeux. Mais il n’entendit qu’une voix chaleureuse qui le fit se retourner en souriant.

« Salut beau gosse …
- Bonjour Jenn !
- Cela faisait un bail dis-moi … me fuyais-tu par hasard ?
- Jamais ! J’aurais trop peur que tu ne me laisses plus venir ici … »

Riant tous les deux, l’irlandais se pencha pour embrasser avec plaisir la joue de la jeune femme qui le lui rendit dans la seconde qui suivit et l’enlaça tendrement.

« Je suis heureux de voir que tout va bien pour toi.
- Tu as l’air en forme toi aussi. Une petite pause dans ton boulot ?
- Oui … et je me suis dis que j’allais venir t’embêter un peu.
- M’étonne pas de ta part ça tient …
- La terrasse est ouverte ?
- Bien sûr. Tu restes longtemps ?
- Suffisamment pour que tu en ais marre de moi …
- Allez, grimpe, je t’apporte ton chocolat sous peu.
- Merci ma belle ~ »

Un sourire taquin se dessina sur les lèvres de l’irlandais qui relâcha la demoiselle et se dirigea vers la terrasse, empruntant les escaliers en fond de salle. Une fois dehors, il se cala sagement à l’une des tables, s’asseyant à 135°, en mode plage, mains dans les poches et pieds croisés, l’air négligé. Il n’attendit pas longtemps pour voir son chocolat fumant arriver sur la table et sa tempe être gratifiée par un nouveau baiser qui le fit sourire. Même si l’envie de discuter avec Jenn était bel et bien présente, il savait qu’elle n’avait pas que ça à faire. Tant pis. Ce serait pour plus tard. Pour le moment, il se délectait du soleil et de la tranquillité des lieux, observant le panorama qu’il avait devant les yeux.
Mais cela fut de courte durée. L’entente de son prénom le tira violemment vers la réalité. Ce n’était pas tant le fait que ce soit lui qu’on appelle. Mais plutôt le fait qu’il avait reconnu la voix même s’il n’en voyait pas son propriétaire. Il aurait pu la reconnaître entre mille. Ne répondant pas, il se contenta de regarder dans la direction donnée par l’écho et de voir Ciel s’insinuer dans son champ de vision. Avant même que ce dernier ne prenne place, sans avoir demandé sous une quelconque forme s’il en avait le droit, Cailan savait qu’il était plutôt de mauvais poil. Il se contenta de le regarder d’un œil neutre et turquoise, n’arborant aucune expression particulière. Mentalement, il réprima un petit rire quand son jeune maître croisa les jambes et que son plus beau masque reprit place sur son faciès. Il l’écouta sans ciller ni même changer de position, gardant le mode cool et décontracte.

« Cette balade dans le centre-ville était-elle à ce point urgente pour venir pile au moment des soldes ? »

Traduction : ou bien était-ce un nouveau caprice de votre part ? Sur le même ton et sans laisser le temps à l’enfant de répondre, il enchaina.

« Et pourquoi n’avez-vous pas appelé Will directement ? Vous n’auriez pas supporté d’attendre qu’il arrive jusqu’à l’internat ? »

Le dénommé Will n’était pas nécessairement à côté et jusque-là, Ciel n’avait jamais exprimé le besoin de se mêler "à une classe sociale inférieure" à la sienne en allant en ville. Peut-être qu’à l’avenir, louer une chambre pour son collègue en centre-ville serait à envisager.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://b-cloud-and-lollipop.forumactif.com/t581-cailan-o-shea-irlandais-pure-souche-pour-vous-servir
Ciel Phantomhive
|♂|Élève|♂|
avatar
MessageSujet: Re: Une balade catastrophique (PV Cailan)   Mer 1 Fév - 12:18

Ciel écouta Cailan en fronçant les sourcils. C'est vrai qu'il aurait pu attendre, mais il n'avait rien à faire d'autre dans cet interna par in jour de repos et puis les mites n'attendraient pas, elles ! Ce n'était pas de sa faute si les soldes étaient un phénomène tout à fait inconnu pour lui, comment aurait il pu savoir que les gens attendaient les soldes pour se ruer dans les magasins ? Quand à attendre Will... L'attente, comme le savait certainement son majordome, n'était pas son point fort. Et puis il avait voulu prouver, se prouver, qu'il était capable d'aller seul quelque part. Bon, c'était un peu raté. Ciel regarda la jeune fille qui venait d'apparaître sur la terrasse, elle portait un plateau et conduisait un groupe de 5 personne vers une table situé à quelques mètres de celle où il était assis avec Cailan. Il en déduisit qu'elle travaillait ici et que, par conséquent, c'était à elle qu'il fallait commander son thé. Il claqua des doigts et dit d'une voix forte :

-Mademoiselle, venez ici je vous pris.

Elle eu un air surpris mais accouru vers Ciel et Cailan. Elle était petite, blonde, avec de grandes lunettes sur ses yeux marrons. Ciel la regarda avec suffisance et pris son tont le plus hautain pour passer sa commande :

-Qu'avez vous comme thé ? Non, attendez. Je ne parle pas de ces vulgaires … Sachets que vous trempez dans de l'eau chaude, je vous parle de véritable thé. Et pas d'eau du robinet. Mon estomac ne le supporterais pas.

La pauvre serveuse resta sans voix et regarda le jeune homme brun qui se tenait assis en face de Ciel, elle le reconnu sans le connaître, Jenn lui en avait tellement parler ! Elle s'adressa à lui, croyant que ce petit bonhomme vêtu avec tant d'étrangeté était le petit frère de l'irlandais et qu'il la taquinait.

-Vous êtes Cailan, n'est ce pas ? C'est votre petit frère je suppose ? Le thé n'est pas tellement conseillé pour les enfants alors...

Elle venait, sans le savoir, de signer son arrêt de mort. Ciel se redressa et éclata d'un rire glacial, aussi froid qu'une brise hivernal, il regarda la jeune femme en affichant un sourire doucereux.

-Mais qu'elle est mignonne. Vous êtes une serveuse, c'est ça ? Et une serveuse se doit d'écouter et d'exécuter, sans dire un mot, les ordres des gens plus hauts placés qu'elle. Le client est roi, n'est ce pas ? Je suis un client. Et j'ai beaucoup plus d'influence que vous, mademoiselle. Alors, si vous ne voulez pas vous retrouver sans travail, je vous conseille de satisfaire mes exigences. Maintenant.

Il la toisa en attendant qu'elle lui donne la carte des thés, il était assez content de lui, ça faisait longtemps qu'il n'avait pas passé ses nerfs sur quelqu'un. Et la tête que faisait la pauvre jeune femme, la bataille était gagnée. Une victoire facile. Trop facile. Il avait l'habitude d'attaquer verbalement les gens mais seuls quelques uns répliquaient. Il fut encore plus satisfait en voyant des larmes dans les yeux de la serveuse. Il décida de lui laisser le temps de se ressaisir en répondant à Cailan.

- Je ne pouvais pas attendre. Je suis certain qu'il y a des mites dans cet interna. Et je n'ai pas envie de me balader avec des trous partout. Je ne pouvait pas non plus attendre Will. De plus, je suis tout à fait capable de me déplacer seul.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://b-cloud-and-lollipop.forumactif.com/t575-ciel-phantomhive
Cailan O'Shea
°ø~Cuisto~ø°
avatar
MessageSujet: Re: Une balade catastrophique (PV Cailan)   Mer 1 Fév - 19:51

La non-réponse de Ciel était évidente. Et de toute façon, Cailan savait très bien que la patience n’était pas du tout l’une des qualités de l’adolescent. Si l’on partait du principe qu’il en possédait, des qualités. Chose dont parfois doutait le majordome.
Se moquant du regard et des sourcils haussés, détails qu’il considérait comme parties intégrantes de l’énergumène depuis le temps, il réprima un soupir. Lui qui pensait pouvoir être tranquille, profiter du soleil … rester sur la terrasse jusqu’à l’heure de fermeture, aider Jenn à faire cette même fermeture pour enfin pouvoir passer un petit bout de la soirée avec elle pour son, leur plus grand plaisir. Raté. Quoique dans l’absolu, il pouvait supporter son jeune maître, le remmener à l’internat puis revenir. Seul. Oui, c’était une idée. Il fut tiré de ses plans par ledit individu qui aujourd’hui, lui tapait plus sur le système que d’habitude. Pourtant, il ne s’était pas levé du pied gauche et n’était même pas de mauvais poil. Non. Cela avait été une belle journée. Tsss. Il en avait juste peut-être marre de Ciel ? C’était envisageable aussi … peut-être qu’il lui fallait quelqu’un de souriant pour changer ?
Et qui ne parlait pas aux autres comme s’ils étaient des chiens. Il l’écouta faire des simagrées quant à son thé et il en secouant doucement la tête en direction de la jeune serveuse, histoire qu’elle ne s’en formalise pas outre mesure. Il la regarda plus en détail de son œil turquoise, un peu surpris qu’elle connaisse son nom.

« Hm ? Effectivement, c’est moi-même. Mais je ne crois pas que nous ayons eu le pl … »

Il avait commencé à répondre à sa question, ne pensant pas qu’elle enchainerait si vite. Et il avait bien entendu la fin de sa phrase. Mais c’était déjà trop tard, le rire de l’enfant gâté s’élevait, sonnant comme le glas pour elle. Alors il laissa Ciel débiter son flot de paroles froides comme si le robinet était bloqué de ce côté-là et que la chaleur était inaccessible. Quand il eut fini, Cailan se pinçait l’arête du nez comme pour se réveiller d’un mauvais rêve. Il ignora sciemment l’enfant pour se tourner vers la pauvre demoiselle.

« Non, ce n’est pas mon petit frère, Dieu merci. Sinon vous pouvez être sûre qu’il s’en serait pris une pour s’être adressé à vous de cette manière. Mais ne faites pas attention à lui, il entre dans la période de l’adolescence. Vous savez ce que c’est. »

L’irlandais lui adressa l’un de ses plus beaux sourires, charmant qui plus est, pour l’aider à reprendre le dessus, ce qui sembla fonctionner puisqu’un vague sourire se dessina sur les lèvres de la malheureuse.
Oui, s’il avait été son petit frère, il lui aurait collé une gifle monumentale pour avoir osé parler de cette façon. Ou peut-être pas puisque l’éducation aurait été bien différente. La preuve, sa petite sœur n’était pas comme ça. Et heureusement Dieu merci ! En attendant, cela montrait clairement la retenue dont faisait preuve le majordome à l’encontre de son maître. Il se tourna alors vers Ciel, de l’indifférence dans les yeux. Cela dit, sa voix reste douce et neutre. Il n’haussait même pas le ton.

« Je vous accorde le fait qu’un client est supposé être roi. Mais le client n’est pas placé plus haut qu’une serveuse. Surtout pas vos manières et vous. Alors même si vous avez plus d’influence qu’elle, elle ne s’étend pas jusqu’ici puisque Jenn est propriétaire exclusive de son café et qu’elle n’a de compte à rendre à personne sur ses employés. Vous y compris.»

Restant en mode plage dans la chaise, il attrapa sa tasse pour y boire une gorgée de chocolat sans se soucier de la colère qu’il allait développer chez son jeune maître. Il reprit sur le même ton.

« Alors si vous ne pouviez pas attendre, ne vous plaignez pas du bus. Sinon, il fallait venir à pied. Et comme vous avez l’air parfaitement capable de vous déplacer tout seul, selon vos propres dires, je ne vous propose pas de vous remmener en moto. Ce serait bien trop facile pour vous non ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://b-cloud-and-lollipop.forumactif.com/t581-cailan-o-shea-irlandais-pure-souche-pour-vous-servir
Ciel Phantomhive
|♂|Élève|♂|
avatar
MessageSujet: Re: Une balade catastrophique (PV Cailan)   Jeu 9 Fév - 14:10

Ciel avait, il est vrai, un sale caractère. Un caractère tellement insupportable que peu de gens, si ce n'est personne, n'arrivait à le supporter plus d'une heure. Il avait été enfant pourris gâté par ses parents puis simple objet entre les mains d'individus aux moeurs douteuses, il avait connu la gloire et la déchéance la plus totale. Son caractère, il l'avait forgé en retournant dans le monde réel. Sa froideur était un masque de béton armé contre une réalité qui lui faisait peur en fin de compte. Car, oui, Ciel avait peur. Tout le temps peur. Il tremblait rien qu'à l'idée d'être seul, mais le contact des autres, surtout des inconnus, l'effrayait davantage. Il en avait conscience, mais il avait peur de se l'avouer et, la boucle était fermée, il s'emmurait seul dans ses peurs.

Le jeune Phantomhive considéra un instant Cailan, hésitant. Puis il reporta son attention sur le jeune femme qui évitait désormais son regard. Il ouvrit la bouche, prêt à lancer une parole blessante qui l'enfoncerait encore plus, puis se ravisa. Pour une fois Ciel doutait de sa propre parole. Un comble ! Mais il sentait que son masque s'effilochait depuis son arrivée à l'internat. Il serra les dents. Sa tante avait bien prévue son coup finalement ! Elle avait de la chance d'être six pieds sous terre...

Ce fut la voix de la serveuse qui le tira de ses rêveries, une voix timide et effarouchée comme un animal :

-Je m'excuse, je ne savais pas mais... C'est vrai que l'adolescence est une période peu commode...

Ciel la regarda du coin de l'oeil. Mais pour qui se prenait-elle, celle là ? Et Cailan, il n'avait donc pas honte de dire des insanités pareilles ? Le pire était qu'il n'avait pas tort. Et Ciel le savait. Il se tourna vers la jeune femme et leva les yeux au ciel. Dieu qu'elle était exaspérante !

-Je m'excuse. Quand au thé j'en bois régulièrement alors...

Il se stoppa net, effaré. Pourquoi s'était-il excusé ? C'était à elle de lui présenter ses excuses ! Et pourquoi avait-il justifié son choix ? Ciel se mordit la lèvre, cette fois c'était sûr, ce lycée était néfaste pour lui ! D'ailleurs ça faisait bien longtemps qu'il ne s'était pas excusé... Même quand il avait tort, il avait raison. Il se sentait idiot. Complètement idiot. Il préféra en finir avec cette discussion.

-Mais je vais prendre un coca, il faut bien changer de temps en temps...

Quoi ?! Un coca ? Ciel soupira, il avait toujours détesté cette boisson, sans l'avoir jamais goûté, considérant qu'elle était faite pour le petit peuple. Il n'allait pas bien aujourd'hui, vraiment ! La serveuse marqua la commande sur un calepin et pris un ton enjoué :

-Je vous apporte ça tout de suite !


Le jeune Phantomhive, après s'être ridiculisé de la sorte, n'osait même plus regarder son majordome. Il se contenta de regarder les passants et lui répondit d'une voix morne:

-C'est bien trop loin, Cailan. Je ne fais aucun trajet à pied, tu le sais.

De pire en pire. Où était sa répartie ?! C'était d'un mou ! Il se serait volontiers tapé la tête contre la table si ça pouvait servir.

-Non merci, je n'aime pas la moto, ça va bien trop vite, je ne sais combien de gens sont morts à cause de ces engins. Je tiens à rester en vie pour le moment.

Bon, c'était déjà un peu mieux. Enfin, ça aurait été mieux s'il ne sentait pas une chaleur dans ses joues. Mais qu'est-ce qu'il lui arrivait à la fin ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://b-cloud-and-lollipop.forumactif.com/t575-ciel-phantomhive
Cailan O'Shea
°ø~Cuisto~ø°
avatar
MessageSujet: Re: Une balade catastrophique (PV Cailan)   Ven 10 Fév - 16:52

« Oh, non, ne vous excusez pas. Ce n’est pas vous qui êtes en faute, ne vous inquiétez pas. »

C’était charmeur que Cailan s’était adressé à la demoiselle. Non pas qu’il veuille particulièrement lui plaire mais il ne voulait pas qu’elle se préoccupe trop de Ciel et de ce qu’il pouvait bien dire. Il était comme un caillou que l’on lançait dans une mare. Il générait des ondes et il fallait juste y faire attention pour ne pas trop se mouiller les pieds.

Il regarda l’adolescent avec une pointe de suspicion. Il avait rêvé ou il venait bel et bien de s’excuser ? Non, il devait avoir mal entendu. Ciel qui … non. Ce n’était pas possible. Pas de sa part. Pourtant, c’était bien sa voix qu’il avait entendu et le voir se mordre la lèvre le confortait dans cette idée. Apparemment, il n’était pas le seul à être surpris de cette réaction. Mais comme à son habitude, il n’en montra rien.
Cela dit, son étonnement fut un plus difficile à dissimuler quand son jeun maître changea d’avis pour commander quoi ? Un coca. L’irlandais en venait à se demander s’il n’avait pas raté un épisode, une marche, un wagon. Ou tout autre élément de ce goût-là. Etait-ce bien Ciel qu’il avait sous les yeux et non un clone ? Depuis quand changeait-il d’avis et surtout pour prendre cette boisson-là alors qu’il n’avait jamais daigné y goûter auparavant ?
Mais que diable s’était-il passé dans ce bus pour le ramollir à ce point ? Le loup s’était transformé en agneau. Et le majordome ne savait pas s’il devait s’en réjouir ou pas.

Attardant toujours un demi-regard turquoise sur lui, il saisit son mug avec le chocolat que Jenn lui avait préparé, avant d’en boire une gorgée sans se soucier de la chaleur du liquide. Il l’aimait chaud, pas tiède.
Pour une fois, Ciel semblait absent, le regard vide et ne fixait personne de son air hautain et dédaigneux. Une exception à inscrire dans le calendrier. Et il répondit de la même voix douce qu’il utilisait en quasi toute circonstance.

« C’est l’unique solution qui vous reste si vous ne voulez ni prendre le bus ni attendre Will. »

En fait, non. Il restait l’option du taxi. Mais l’enfant y trouverait forcément quelque chose à redire. Trop lent. Trop sale. Trop risqué. Trop pour les autres et pas pour lui qui était d’une autre condition sociale.

« Oui, des gens en meurent. Comme des accidents de voiture. L’un comme l’autre, il faut faire attention et être attentif aux conducteurs qui nous entourent. Ainsi qu’aux piétons. Et à tout élément composant notre environnement proche. Cela dit, pensez-vous que je sois du genre à faire n’importe quoi quand quelqu’un m’accompagne ? »

Quand il était seul, c’était une autre histoire. Il se permettait des pointes de vitesse et des actions un peu moins sensées. Mais jamais quand il y avait quelqu’un derrière lui. Il se pliait aux volontés de cette personne. Accélérant, ralentissant ou s’arrêtant si elle lui demandait. Par contre, jamais il ne prenait de risques inconsidérés.
Un vague sourire amusé se dessina sur ses lèvres quand il découvrit les légères rougeurs apparues sur les joues. Définitivement non. Ce n’était pas un jour comme les autres.

« Et voilà pour vous. »

Tournant vivement la tête sur le côté en reconnaissant la voix, il en manqua de se tordre le coup avant de sourire en y découvrant Jenn. Dans le même lap de temps, son amie avait disposé un verre et une bouteille de 33 cl au-devant de son client. Son employé devait lui en avoir touché deux mots. Ou peut-être pas. Il savait la jeune femme très attentive et il se pouvait qu’elle ait remarqué les yeux un peu rougis de sa serveuse. En attendant, c’était elle qui fixait Ciel sans ciller, le défiant à moitié. Et par expérience, Cailan savait qu’elle n’était pas du genre à se laisser marcher sur les pieds. Voilà qui promettait d’être assez intéressant.

« Alors c’est vous la terreur qui se croit au-dessus des autres hm ? »

Faisant comme chez elle, et à raison, la jolie brune aux yeux anthracites avait pris place sur une chaise vide à côté de lui. Et elle n’avait pas quitté ladite terreur des yeux.
L’irlandais continuait de boire son chocolat tranquillement tout en essayant de dissimuler l’amusement qui l’habitait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://b-cloud-and-lollipop.forumactif.com/t581-cailan-o-shea-irlandais-pure-souche-pour-vous-servir
Ciel Phantomhive
|♂|Élève|♂|
avatar
MessageSujet: Re: Une balade catastrophique (PV Cailan)   Lun 13 Fév - 13:51

Ciel se sentait tellement ridicule qu'il se serait volontiers levé pour rentrer chez lui sans un mot. Mais il y avait deux petits problèmes : un, Ciel n'allait pas se rabaisser davantage en prenant la fuite, deux, son « chez-lui » était à plusieurs centaines de kilomètres et l'internat n'était en aucun cas une maison de substitution. Il passa sa main dans ses cheveux, pensif. Il était, en quelque sorte, pris au piège que sa tante avait si habilement construit. Oui, il n'avait plus le choix. Il avait pris la décision de venir dans cet établissement , il n'allait pas revenir dessus, ça ne lui ressemblait pas. Mais ce manque de répartie ne lui ressemblait pas non plus si on allait par là...

-Je verrais la prochaine fois quel type de transport prendre.

Il avait répondu sans y penser vraiment, d'une voix plate, dénuée de sous-entendu blessants. Préférant, encore une fois, se voiler la face et contourner le problème il esquissa ce qu'il voulait faire passer pour un rictus, ce n'était qu'un petit moment de fatigue. Une nuit de repos et il serait à nouveau aussi froid et blessant que d'habitude ! Cette pensée le soulagea.


-Non, je te fais confiance pour ce genre de choses.

Mais il prendrait tout de même le bus pour le retour... A moins qu'une petite ballade à pied ne lui remette les idées en place. Il aviserait sur le moment. Son regard se posa sur un petit garçon tout souriant qui gambadait aux côtés de ses parents. Autrefois il avait été comme ça, mignon et naïf, un petit bout d'homme qui coulait des jours heureux auprès de ses parents. Une vague de nostalgie le pris. Et ça c'était tout aussi rare que ses excuses ! Le passé était le passé, on ne pouvait pas faire revenir les morts à la vie et, selon Ciel, ça ne servait à rien de penser aux bons moments appartenant à une époque révolue. Mais le petit pincement qu'il ressentait était bel et bien là, lui rappelant avec douleur que cette joie qu'éprouvait l'enfant était une émotion qu'il ne ressentirait plus. A moins de changer son rapport aux autres. Mais c'était un autre défi. En attendant, une voix féminine le tira de ses pensées tout comme le bruit de quelque chose qu'on posait devant lui. Il plissa les yeux, alors c'était comme ça le coca. Il hocha la tête en regardant la jeune femme qui se tenait debout. Ce n'était pas la même serveuse. Peut être que ses paroles blessantes l'avait vraiment touché. Il en fut presque gêné. Gêné... La gêne. Encore un sentiment qui était quasiment inconnu au jeune homme. Il prit une gorgée du liquide. C'était.... Sucré. Et étonnamment pétillant. Et c'était loin d'être mauvais ! Ciel posa la bouteille, surpris. En dénigrant une boisson sans jamais la goûter il était passé à côté de quelque chose de vraiment agréable. Il était presque heureux. Mais l'émotion fut de courte durée quand il entendit la voix de la serveuse, lourde de reproche. Il la regarda, étonné.

-La... Terreur ?

Mais qui était cette jeune femme ? Elle le fixait maintenant, une attitude d'attaque, tout comme sa phrase. Ciel, s'il n'avait pas été si "fatigué", aurait accepté avec grand plaisir ce défi, mais il se contenta de reprendre un peu de sa boisson et de retourner regarder les passants, sans se soucier le moins du monde de passer pour un « lâche » ou pour une « mauviette ». Tant pis. Une autre fois.

Et puis pourquoi prendre la peine de répondre ? Dans l'état où il était il n'aurait rien pu faire. Et Cailan ne l'aurait pas aidé, ça non ! Surtout qu'il avait l'air de la connaître, il venait sûrement souvent dans ce café et cette serveuse devait avoir tissée des liens d'amitié avec lui. Son majordome aurait même pu la défendre du coup et Ciel aurait eu encore ce satané sentiment d'oppression quand la solitude venait lui dire bonjour. Non, vraiment. Il n'avait pas envie de répondre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://b-cloud-and-lollipop.forumactif.com/t575-ciel-phantomhive
Cailan O'Shea
°ø~Cuisto~ø°
avatar
MessageSujet: Re: Une balade catastrophique (PV Cailan)   Jeu 16 Fév - 15:58

« C’est bien la première fois que vous exprimez de la confiance à mon égard. »

Cailan avait énoncé ce fait d’un ton neutre et sans moquerie. Il ne se foutait pas de son jeune maître. Il faisait juste … un état psychologique de ce dernier. Il n’était vraiment pas dans son assiette aujourd’hui pour en arriver à ce point-là. Soyons clairs, le majordome était ravi de cette évolution relative mais il ne fallait pas qu’elle se fasse au profit d’une autre … Donc il était plutôt mitigé pour le coup. Il attendait de voir. Si ce n’était qu’éphémère ou non.

Il continuait de sourire en voyant sa belle amie arriver à la place de sa serveuse. Sans quitter Ciel des yeux, il put suivre l’évolution de sa découverte sur le coca-cola. Et comme il reposa la bouteille sans broncher ni même faire plus de bruits que ça, il en concluait que l’expérience était plutôt réussie.
Retenant un rire quand elle prononça le mot de "terreur", il ne s’impliqua pas plus que ça, la laissant gérer son affaire toute seule. Et l’adolescent aussi par la même occasion. Après tout, ne lui répétait-il pas assez souvent qu’il était assez grand pour se débrouiller ? C’était l’occasion rêvée de le laisser faire avec quelqu’un qui ne se laisserait pas impressionner aussi facilement que la population générale.
Jenn fixa le jeune homme qui semblait la regarder avec l’air du lapin qui semblait sur le point de se faire percuter par un semi-remorque. Et elle le suivit du regard quand il se détourna, trouvant plus intéressante la contemplation des passants.

« Je suis presque déçue tiens. Je m’attendais à pire qu’un chamallow. Mais on mettra ça sur le compte de la chaleur hm ? »

Elle se tourna alors vers Cailan pour embrasser sa joue avec tendresse avant de lui piquer sa tasse pour boire une gorgée du chocolat qui était devenu tiède avant de la reposer sur la table. Il l’avait laissé faire sans broncher, arborant simplement un sourire heureux.

« Dites donc mademoiselle … depuis quand prenez-vous le droit de boire MON chocolat ?
- Depuis maintenant ?
- Genre tu ne peux pas t’en faire toi-même hm ?
- Pas envie. L’herbe est toujours plus verte chez le voisin Cal, tu devrais le savoir.
- Un point pour toi. Mais tout de même. Et puis tu n’as rien d’autres à faire ?
- Si. Mais je voulais voir qui avait chamboulé mon employé pour qu’elle ait les yeux rougis. »

La brune se tourna encore une fois vers Ciel qui se complaisait dans l’observation de la foule en contrebas. En cet instant, il lui apparaissait comme un enfant parmi tant d’autres, hormis sa tenue vestimentaire qui attirait tout de même l’œil. Cailan avait lui aussi regardé le troisième membre de leur petite tablée qui semblait être dans une autre dimension.

« Crois bien que j’en sois désolé.
- Je le sais bien va … tu es toujours désolé pour ce que ceux qui sont sous ta coupe font. Même si ce n’est pas de ta faute. Tu es trop gentil.
- On ne change pas un irlandais si facilement … mais je peux me forcer à être méchant rien que pour toi si tu veux … »

Il adressa un sourire joueur et taquin à la jeune femme qui avait planté ses anthracites dans son œil turquoise. Et il pouvait, à sa plus grande joie, y lire le même regard amusé. La soirée, s’ils la passaient ensemble, risquait fort d’être à cette image : espiègle.
Sans cesser de sourire, Cailan attrapa son mug pour finir d’en boire son contenu avant de le reposer tranquillement sur la soucoupe associée sans faire le moindre bruit. Une nouvelle fois, il se tourna vers Ciel.

« Vous êtes sûr que tout va bien ? »

Il aurait pu se réjouir qu’il se tienne tranquille dans un coin. Mais c’était tellement peu habituel que cela le perturbait un peu. Il était tout de même un peu responsable de lui …

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://b-cloud-and-lollipop.forumactif.com/t581-cailan-o-shea-irlandais-pure-souche-pour-vous-servir
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Une balade catastrophique (PV Cailan)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Une balade catastrophique (PV Cailan)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

+
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Beyond Clouds and Lollipops :: Centre-ville :: Rues-
Sauter vers: