AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Delacroix, Hikaru.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: Delacroix, Hikaru.   Jeu 9 Juin - 23:42

Nom:
    Delacroix


Prénom:
    Hikaru


Age:
    23 ans


1- Psychologiquement
    Comment décrire Hikaru à son niveau psychologique? Déjà, il n'est pas du genre enfantin. Il n'est pas le gamin qui va sauter partout et faire l'idiot à chaque pas. Non pas qu'il en soit incapable, puisque ça lui arrive parfois, mais disons surtout qu'il sait qu'il a passé l'âge pour ça. Après quoi il n'est pas quelqu'un de distant, mais certains pourraient dire qu'il est un peu froid. En réalité il est uniquement quelqu'un de sérieux, même dans son travail. Il aime d'ailleurs que les choses soient bien faites, un peu perfectionniste. Quand on le connait bien et que l'on passe par-dessus ce côté sérieux, on le découvre comme étant chaleureux et souriant. Un peu joueur, aussi. Taquin. Malicieux..? Oui, tout ceci mène souvent au plaisir de la chair, chose qu'il connait bien. Chose qui ne le dérange aucunement, mais préfère que ce soit plusieurs fois avec la même personne que une seule fois avec des inconnus à chaque fois. Pourquoi? Parce que ça lui rappelle Nathan. Parce que ça lui rappelle Karl. Ce qui nous mène au fait qu'il sait être séducteur. Et sait manipuler, aussi. Bien qu'il le que pour des raisons qui sont selon lui «valables». Pour ce qui est des chose qu'il déteste, il n'apprécie pas les gens qui sont de trop gamin. Les jeunes qui ont 16 ans et agissent comme s'ils en avaient 7, ça a le don de le mettre hors de lui et de leur gueuler de grandir. C'est bien beau vouloir jouer les Peter Pan et ne jamais grandir, mais la société dans laquelle nous vivons aujourd'hui nous y oblige. Il ne dit pas qu'il faut rester droit à tout jamais, ne jamais dériver vers la folie... Mais il ne faut pas non plus vivre uniquement de la folie. D'un autre côté, il adore les livres. Sans quoi il ne serait pas bibliothécaire! Aussi, son point sensible est sa chevelure. Il aime bien les sucreries, il doit l'avouer. Faire à manger, également. D'ailleurs, c'est un excellent cuisinier! Et qui dit aimer le sucre et cuisiner, veut aussi dire adorer faire des desserts. Les gâteaux, les biscuits, les muffins et crêpes sont ses spécialités d'ailleurs. En dehors de quoi tout ce côté joyeux, il faut noter que cet homme est un tantinet rancunier. Certes, ça lui prend une bonne raison pour en vouloir à quelqu'un, comme blesser gravement son orgueil ou fierté. N'empêche que chaque humain a une épaisseur de carapace différente. Si vous la brisée et que vous atteignez son coeur avec de la méchanceté, tant pis pour vous!


2- Physiquement
    Le jeune bibliothécaire n'est pas une horreur, nous devons l'avouer n'est-ce pas? Mais qu'est-ce qui fait qu'il ne se classe pas dans cette catégorie, en fait? C'est un homme tout d'abord pas très grand, pas très gros. Juste dans les normes entre autre. Après quoi il a juste assez de muscle pour dire qu'il a une certaine force, son corps étant bien découpé mais très fin. Ses muscles ne sont pas abusivement mis en évidence! Des traits fins au niveau du visage, soit des sourcils qu'il prend la peine d'épiler à la pince, des yeux légèrement tirés et une fine bouche rosée. On voit tout de suite par son apparence qu'il prend soin de sa personne. En même temps, il travaille en public, chose qui aide beaucoup à prendre soin de soi! Ses iris sont d'une couleur brunâtre tirant vers le jaune doré. Le tout entouré de cils plutôt marqué même s'ils ne sont pas très longs. Sa chevelure, quant à elle, est d'un brun "noisette" lui arrivant à la nuque dans une coupe un peu déstructurée au niveau des dégradés dis "étagés". Finalement, il ne faut pas oublier un détail; celui-ci porte des lunettes. Rouge. Parce que vous aimez le rouge, avouez-le! Mais c'est surtout puisqu'il a un peu de mal à voir de loin. Pour repérer un rayon demandé par un étudiant, c'est la moindre des choses n'est-ce pas?


3- Son histoire
    Ouverture - Le début d'une fin.

    Hikaru n'a pas toujours été ce qu'il est. Il n'a pas toujours vécu au Japon malgré son prénom asiatique. Il n'a pas toujours eu de bonnes manières. On a tous des hauts et des bas après tout. Il a eu de nombreux mauvais moments et ce n'est pas non plus terminé. Cependant, son histoire vaut et vaudra toujours la peine d'être racontée car après tout, on doit passer de nombreux actes avant d'arriver à la fin de la pièce.

    Acte 1 - On ne choisis pas sa famille.

    On peux bien faire son possible, mais dès que l'on naît on est condamné à la mort. Pourtant, ceux qui nous y condamne ne sont pas pour autant pris de mauvaises intentions. Ils ne sont pas le diable, ils sont seulement de fiers parents qui ont voulu transmettre leur savoir en continuant cette épidémie qu'est la mort. Nous ne pouvons y échapper; nous devons venir au monde. Les dés sont lancer et nous devons accepter le mode d'emploi de la vie que nous a fournis le hasard: les parents. C'est ainsi que commence réellement l'acte un. Le début, le commencement, le vrai! Tout commence par la naissance de Hikaru. Sa famille, ses parents, ses modes d'emploi.

    Hikaru a eu deux excellents mode d'emploi depuis sa naissance. Il a même eut droit à la surprise qu'accompagnait sa vie: un frère. Ils étaient tous d'une même longue et noble lignée: les Delacroix. Tous français jusqu'à leur dernière racine la plus humaine. Depuis le début de cette lignée, depuis le début des guerres, cette famille a un ennemi bien commun: les Anglais. C'est ainsi que s'étendra cette haine sur de nombreuses générations de cette lignée. Reconnus par les maréchaux français dans leur arbre généalogique ainsi que de nombreuses découvertes, inventions, gens célèbres, les Delacroix est l'une des familles bien connues de la France. De cette façon, il n'est pas évident de faire taire cette haine grandissante pour les Anglais. Non, pas tous les anglais en fait. La dernière génération actuelle des Delacroix détestaient surtout les Hamilton. Tout le monde le savait, il ne fallait pas les mettre dans une même pièce au risque et péril. Avec le temps, avec les générations passées, cette haine s'était fait plus distinguée. Plus discrète, mais les gens ne l'oubliait pas. Ils se voyaient, et ils s'ignoraient. C'était devenu un défi entre les familles. Qui ne serait pas la plus riche ou la meilleure des deux? Un vrai jeu. Et malgré tout, malgré lui, Hikaru entra dans ce monde de compétition. Il ne devait pas fréquenter les Hamilton.

    D'un autre aspect, malgré cette haine, il n'y avait pas que du mauvais. Le jeune homme aux cheveux bruns eut une éducation hors-pair dans les meilleures écoles possible. Talentueux dès la naissance, il était bien tombé. Son frère n'éprouvait aucune jalousie, son père était fier et sa mère l'adorait. Il obtenait presque toujours de bons résultats, parlait bien. Cependant, tout conte de fée à son élément perturbateur, n'est-ce pas? Il s'en vient. Lentement. Alors que Hikaru gagne des centimètres, une petite partie de lui veut éclater et dire au monde ce qu'il pense. Tout cela viendrait et bien plus encore.

    Acte 2 - Frère, n'es-tu donc pas honteux?

    L'adolescence. La phase que tout les parents craignent. 16 ans. Le début du commencement. L'élément, l'évènement. Un changement radical. Hikaru n'a pas échapper à ce bout de vie. Ce bout de vie où l'on fait nos pires stupidités. Revenant de l'école, un vendredi. Les parents étaient partis manger en tête-à-tête. Ce soir, il devrait aider son frère pour faire à manger, faire le ménage. Bien que ce soit habituellement les femmes de ménage qui s'en occupent, Nathan -son frère- ne voulait pas qu'il passe sa vie à faire comme si tout était à sa porter. Il voulait lui montrer la vraie vie, chose que ses parents ne lui avait pas montré.

    À peine arriver qu'il alla dans sa chambre et retira son pantalon et son haut d'uniforme. Noua ses cheveux (alors plus long qu'à l'actuel.) et enfila une chemise noire satinée. Puis, nu pied, musique entraînante provenant du salon, il était dans la cuisine avec Nathan. Celui-ci voulait lui apprendre quelques trucs culinaires pendant qu'ils étaient seuls à seuls. Un gratin dauphinois était planifié au menu! Expliquant lentement les étapes, lui montrant le maniement du couteau, le dosage des quantités, le jeune apprenti écoutait avec attention.

    Tout le long de la préparation du mets, son frère semblait mal à l'aise à ses côtés. En fait, c'était le cas depuis quelques temps. Depuis une semaine et demie environ? Étrange. Il partait souvent sans rien dire, lui qui était pourtant si chaleureux habituellement. Soit, le premier plat était maintenant au four. Hikaru constata un peu de crème fraiche sur son doigt et vint la retirer de sa langue, doucement. C'en fût trop, sans doute. Trop de quoi? Il l'ignorait.

    Nathan: Je reviens, Hika'. Ce ne sera pas très long...
    Hikaru: D'accord, Frère. Je peux sortir du vin, juste pour ce soir?
    Nathan: Oui... Oui, fais comme tu veux.

    Il déposa un léger baiser sur sa joue et parti vers sa chambre. Peut-être avait-il une tâche sur son tablier de cuisinier? Il ne savait pas trop. Il lui offrit un sourire et alla choisir une bouteille de vin à la cave. Ils avaient une multitude de vins, dans cette cave! Il prit le temps de bien la choisir. Environ un bon cinq minutes. La bouteille du meilleur vin s'adaptant à la recette entre les mains, il monta les escaliers pour revenir au premier étage. Regardant les alentours, il ne vit toujours aucune trace de son frère. Habituellement, il était si rapide. Il monta le second escalier pour se rendre à l'étage du haut, où était la chambre de Nathan. Il toqua à peine deux petits coups qu'il entra.

    Hikaru: Frère, est-ce que ce vin est adé-
    Nathan: Hn, Hika~... Hika?!

    Son frère se redressa rapidement dans son lit, dénudé. Il tenta de protéger la vue de sa virilité avec ses draps, passant une main dans ses cheveux, rouge de malaise, transpirant de plaisir. Pauvre Hikaru encore tout pur et chaste. Il n'y connaissait que très peu de choses à ce sujet, car il avait quand même 15 ans. Ça, par contre, c'était clair. Une seule chose l'intriguait: pourquoi gémissait-il son nom si... suavement? Nathan lui fit signe de s'approcher et la main transféra de cheveux, se retrouvant glissée dans la queue de cheval de Hikaru. Il commença une très lente explication, d'un ton qui se veut rassurant, mais qui se cherche. Il cherchait ses mots, il cherchait quoi dire face à ça.

    Nathan: Tu sais, je t'aime beaucoup Hika... Plus que Mère, plus que Père...

    Et ses lèvres. Dans son cou. Un frisson, un battement de coeur prononcer. Une main contre le torse légèrement reluisant qui repousse son tendre frère. Hikaru déclare que le souper est prêt et descend l'escalier rapidement.

    L'heure du souper fût sombre, muette. Le silence régnait. Ils étaient tous deux follement mal à l'aise. Sincèrement, il ne comprenait pas. Pouvait-il l'aimer à ce point? C'était son frère, tout de même. Franchement. Les verres de vin s'avalait, de plus en plus rapidement de la part de Hikaru. Il n'avait pas l'âge de boire? C'est pas grave, son frère lui en avait donner l'autorisation au départ. Il se releva, alla porter son assiette et s'approcha du jeune blond.

    Nathan: Tu sais, pour tout à l'heure, j'suis...
    Hikaru: Shhh~...

    Il posa un doigt sur ses lèvres, pour le faire taire doucement. Ses yeux étaient plus petit. Il avait sans doute trop bu. Une première fois à tout, non?

    Hikaru: T'en fais pas avec ça. Laisse moi plutôt... savoir ce que ça fait.

    Il le lui murmura à l'oreille, curieux qu'il était. Son frère afficha un petit sourire. Il ne devait pas, il hésitait, mais son frère était déjà là, presque embarquer sur ses jambes. Il voulait, non, il devait savoir ce que ça faisait. L'amour. Tout le monde en parle si bien. Tout le monde semble tant apprécier de vivre ce moment de tendresse, et avec qui d'autre pourrait-on vivre cette première fois si ce n'était que son frère? Lui qui le connaissait si bien, qui connaissait tout ses points sensibles par coeur, qui savait ce qu'il aimait... Non vraiment, c'était le mieux placer. Et c'est ainsi que la chambre servi d'intimité pour cette grande découverte si... addictive. Si addictive qu'ils continuèrent ainsi leur ''amour'' à la discrétion des douces prunelles de leur parents. Ce, pendant 3 ans encore. Hikaru devenait un autre homme. Plus manipulateur, plus charmeur... Séduisant à souhait.

    Acte 3 - Aimer et haïr s'accordent si bien, Trésor...

    Aimer était un joli mot. Très joli mot. Son frère le lui avait fait découvrir. Il en avait même fait un homme nouveau. Cependant, il ne s'abandonnait pas à l'amour et la chair aussi facilement qu'avec Nathan. Non, les autres en fait, il ne les touchait pas. Il jouait avec eux, les manipulait pour les faire craquer de désir, mais ça s'arrêtait là. Un homme nouveau est toujours synonyme d'évènement outrageux, marquants. Ses deux modes d'emploi perdaient le contrôle sur lui, il devenait maintenant un grand maître en ce qui est du fonctionnement de sa vie. Le seul et unique maître qui soit.

    Les affaires familiales continuaient au-dessus de ce petit être grandissant. Loin, dans une pièce sombre de la pièce qu'était son histoire, il se passait des choses entre les français et ces britanniques. Pas des choses comme entre ces deux frères. Non. Un univers de haine et de compétition continuait sa vie, tranquille. Cet univers que Hikaru découvrirait rapidement.

    Florent: Es-tu bientôt prêt, fils?
    Hikaru: J'arrive, Père!

    Le jeune homme toujours âgé de 16 ans termina d'enfiler son habit le plus distingué, soit une chemise blanche, et un long veston rougeâtre orné de doré. Ses cheveux attacher à l'arrière. Plutôt féminin, mais si magnifique! La dernière touche fut ses gants et ses bottes noires, pour filer à toute vitesse vers son père. Il replaça ses deux franges allant de chaque côté de son visage, puis ouvrit la porte à l'homme. Il envoya son plus beau et son plus séduisant sourire à Nathan, le laissant passer également. Il donna la main à Abelline -sa mère- et sortit avec elle en refermant la porte. Il l'aida à monter dans la voiture puis s'assit à l'arrière. Ce fut le silence jusqu'à la destination. Ils allaient rendre une visite ''amicale'' aux Hamilton aujourd'hui. Une rencontre de règlement de compte, plutôt! Évidemment, Florent se devait d'amener toute la famille à cette visite, chose que Hector faisait rarement.

    Toc, toc, toc. Un lent cognement sur la lourde porte avant que des salutations se firent entendre. Florent entra, suivi d'Abelline et finalement Nathan. Hikaru était encore trop jeune pour assister à cette rencontre. Seuls les adultes y avaient droit. La porte se referma sur lui tandis qu'il se retourna pour aller s'assoir sur un banc qu'il trouverait bien en temps et lieux. Cependant, ses pas firent arrêter par la présence d'un inconnu. Un léger sourire, des présentations, un baise-main. Hikaru faisait des siennes. Il se releva, puis réalisa vaguement qui c'était. Hector Hamilton avait ainsi amené son fils? Pourquoi son père ne lui avait jamais dis que ces détestables britanniques étaient tous aussi séduisants? Son accent français résonna dans la pièce.

    Hikaru: Tu es donc l'un des Hamilton? L'un de ces idiots?

    Le jeune homme le dévisagea et Hikaru lâcha un rire. Il ne parlait pas le français ou sinon très peu. Son rire n'avait pas sembler lui plaire. Il se pencha un peu, puisque le talon de ses bottes le faisait dépasser d'une demie-tête, et agrippa tendrement le menton de celui-ci entre son index et son pouce. Pour un très bref moment puisqu'il se fit rapidement repousser.

    Karl: Don't touch me, you bastard!

    Hikaru se releva, affichant un regard en signe d'incompréhension. Il disait quoi, l'autre pseudo-coeur-de-lion? Sans doute des conneries encore! Il le toucha encore et encore: à la joue, au nez, le cou, les cheveux. Jusqu'à ce que l'énergumène se fâche et l'attrape par le col pour le tirer à lui, le ramenant ainsi très proche de son visage, à la grande surprise de l'homme aux cheveux bruns. Il le repoussa à son tour. Ce fût la fin de cette conversation. À jamais. Ils ne se parlaient plus. Que des gestes, et encore des gestes. Ils n'avaient plus besoin de gestes pour se comprendre. Depuis cette rencontre, c'était le début d'une relation ambigüe. Le père finit par sortir, fort content de savoir que les Hamilton perdaient lentement leur fortune, et ordonna à son fils de partir. Taquin, il partit en laissant un baiser volatile sur la joue du britannique.

    Les jours se suivirent et il remarqua finalement qu'en fait, ce stupide anglais était dans son école. Pas un seul jour ne se passait depuis sans qu'ils s’agacent mutuellement. Autant l'un d'eux trainait l'autre dans un coin reculé de l'école pour l'embrasser, autant ils s'engueulaient en plein couloir. Même que un soir, lors de son voyage à Londres d'une durée d'un an, alors que les parents de Karl n'étaient pas là... Il vint chez lui. Une visite ''amicale'' en solitaire tout à fait imprévue.

    Hikaru: Tiens, un gratin dauphinois. Ce sera sans doute meilleur que ta mauvaise cuisine anglaise!

    Encore un regard qui le dévisage. Cette fois, il avait compris que c'était une insulte. Le brun entra sans se gêner et alla le poser dans la cuisine après l'avoir chercher. Le britannique le suivit, agréablement surpris comme fâché. Il prit le plat et le posa sur le comptoir brusquement.

    Karl: Where do you think you're going, frog?!

    Hikaru l'ignora et lui joua vaguement dans les cheveux, comme pour le réconforter de parler de façon aussi incompréhensible.

    Karl: I'm talking to you, answer me, lovely b***h!

    Puis, les insultes commencèrent lentement. Accompagnées de plus en plus de petits mots tendres. Le ton augmentait, tout comme la pulsion. Le tout fut relâcher seulement lorsque Karl décida d'en faire officiellement son détestable jouet. Il le traîna dans la chambre et après difficulté, il réussit à le mettre dans le lit, avec une tendresse sauvage. Leur relation continua dans ce sens, d'amour, de haine, de passion et d'insultes. Parfois des coups. Ils s'aimaient tant, ils se détestaient tant... Jusqu'à ce qu'ils ne se séparent. Le jeu de ''chat et chien'' était terminé, non, mis sur pause.

    Acte 4 - Toute fin amène un renouveau.

    Karl disparu un an après leur rencontre. Nathan devint légèrement jaloux à le voir embrasser cet homme, mais Hikaru trouvait toujours les mots pour le rassurer. Pour le réconforter et lui dire que personne ne pouvait le surpasser. Malgré sa déception d'avoir perdu son ''jouet'' ou tout simplement triste de ne plus être utilisé, il trouvait la vie un peut moins joyeuse que ce qu'on lui avait donner au début. Pouvait-il avoir une garantie sur cette vie? Faut croire que non. Le hasard ne le voulait pas, les dés ne pouvaient pas revenir à l'arrière.

    Il avait désormais 19 ans lorsqu'une tragédie parvint. Sa mère était tombée malade, gravement malade. Un médecin arriva à toute hâte le jour suivant dans la demeure pour en faire un diagnostic. C'était pas un petit rhume tout ça. Elle avait été empoisonnée. Abelline avait un teint verdâtre, mais si blanc à cette même fois. Les cernes creusaient presque dans ses joues autrefois rondes et roses. Son rire éclatant avait disparu pour laisser place à un toussotement profond. À peine trois jours, selon le docteur. Aucun remède, la personne qui avait fait ça savait ce qu'elle faisait. On en voulais sans doute à la famille. Sans doute un britannique qui l'avait empoisonné car, évidemment, ça se rapportait toujours aux britanniques! Pendant que son père rageait et maudissait la race humaine, Hikaru ravalait lentement ses larmes amer. Tout comme Nathan. Ils ne voulaient pas pleurer devant leur mère. Il déposa ses lèvres sur le front humide de sa tendre mère mourante, et quitta les lieux.

    Deux jours plus tard, le jour où sa mère mourut, Hikaru fut convoqué par Florent dans son bureau. Assis sur la chaise de cuir, son père tenait son front entre ses mains, essuyant ses larmes une dernière fois pour ensuite prendre la parole envers le jeune aux cheveux bruns.

    Florent: Hikaru, fils, je veux que tu ailles au Japon. Tu sais déjà parler le japonais, ton frère te l'a appris. Je veux que tu aies étudier là-bas, et que tu démontres ton savoir aux autres. Je veux pouvoir montrer ma petite fierté au monde entier, et par-dessus tout aux Hamilton! Je veux qu'ils voient à quel point tu es talentueux et intelligent, pendant que je règlerai mes... petites affaires.

    La raison véritable était qu'il voulait tenir son fils hors de danger, puisqu'il était le plus jeune. Il ne voulait pas le perdre, il l'aimait tant. Nathan et lui continuerait leur vie en France en cherchant qui aurait pu en vouloir parmi tout ces britanniques. Les Hamilton étaient beaucoup trop distingués pour faire ce geste. Pendant ce temps, Hikaru irait au Japon afin de revenir avec plus de connaissance, tout en restant hors de danger. C'est ainsi que Hikaru parti au Japon à une académie. Il y monta une vie, des études, et décida de ne pas revenir en France. Il décida de mettre de côté cette partie de son passé. Il était désormais à 23 ans et venait tout juste d’obtenir un poste comme bibliothécaire à l’internat Beyond Clouds and Lollipops. Ce qui était parfait pour son amour indescriptible pour les livres.


4- D’autre choses que vous souhaiteriez signaler sur votre personnage?
    Non~


5- Si vous souhaitez nous parler un peu de vous qui sait?
    Erm... Que dire? Je refais un autre personnage au lieu de garder Ryôsuke. J'ai perdu mon partenaire du concept, du coup, il n'était plus aussi intéressent xD! Donc j'amène un autre phénomène Smile !


6- Avez-vous lu et approuvé le règlement?
    Si si~ Je vais signer à l'instant dans mon imaginaire :3

7- Quelle fonction souhaitez-vous occuper sur le forum élève ou autre?
    Bibliothécaire.


8- Comment avez-vous connu le forum?
    Par moi-même. XD


Dernière édition par Hikaru Delacroix le Mar 6 Sep - 20:47, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Setsuna Mudô
|✂-Directeur-✖|
avatar
MessageSujet: Re: Delacroix, Hikaru.   Mer 3 Aoû - 12:51

Bonjour,

Ta présentation n'est toujours pas terminée.
Je te laisse jusqu'au 10 août pour la finir, sinon je serai contraint de la supprimer tout comme ton compte.

Je te remercie pour ta compréhension, et surtout, si tu as une question, n'hésite pas.
Cloud et moi sommes là pour aider.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://b-cloud-and-lollipop.forumactif.com/t16-setsuna-mudo-admin
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Delacroix, Hikaru.   Mer 3 Aoû - 13:57

    Urg! Il me semblait bien que j'oubliais des fiches quelque part >Je te fais ça le plus rapidement possible Setsu' <3 !
    Sauf que je me suis actuellement mise absente sur de nombreux forums à cause du rapprochement de la convention. Je suis débordée de couture et tout ^^; ! Je verrai si j'arrive à faire ça avant le 10.
    Merci <3
Revenir en haut Aller en bas
Setsuna Mudô
|✂-Directeur-✖|
avatar
MessageSujet: Re: Delacroix, Hikaru.   Mer 3 Aoû - 14:05

Ha tu es en vie au moins x)
Déjà tu n'as pas déserté le forum et c'est un bon point pour toi =)
Bon, si tu es débordé, je peux concevoir que tu aies besoin de temps pour faire ta fiche.
Vois en fonction de ton boulot et surtout préviens-nous.
N'ayant plus de nouvelles je ne savais pas trop comment faire autrement pour le coup.

Occupe-toi de ta couture et donne signe de vie puis termine ta fiche quand cela t'es possible ; )

Bonne journée à toi!


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://b-cloud-and-lollipop.forumactif.com/t16-setsuna-mudo-admin
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Delacroix, Hikaru.   Mer 3 Aoû - 18:42

    Oui, j'ai pris soin de donner signe de vie ^^! Quand j'ai vu le message j'ai d'abord paniqué xD!
    Mais, merci de la compréhension <3 Il me reste encore une semaine et demie avant d'avoir tout terminé donc si je n'ai pas le temps de la finir entre deux, ce sera tout de suite au retour de la convention. Mais je crois bien pouvoir l'avancer (au moins) à temps perdu <3!

    Je vous reviendrai vite, promis~ <3
Revenir en haut Aller en bas
Setsuna Mudô
|✂-Directeur-✖|
avatar
MessageSujet: Re: Delacroix, Hikaru.   Mer 7 Sep - 18:39

Hé bien à présent voilà, très cher petit Hikaru tu vas pouvoir poster une demande de rp puisque ta fiche de présentation est terminée! -Enfin hein? x)-.
Tout m'semble bon, y'a rien à rajouter... je pense que je peux te valider sans aucun problème.

De ce fait donc -comme tu l'as deviné- tu es validé!
Tu as désormais le statut de bibliothécaire officiel de l'internat.
Profite bien de ce statut et bon rp parmi nous.

N'hésite pas à poster une demande de rp ici en regardant bien sûr si d'autres demandes de rp sont sans réponse.
Une fois tes rps entamés, tu pourras faire ton parcours de rp de ce côté.

Et quelque chose que tu dois remplir et mettre en place rapidement (la manip est la même que pour la fiche de présentation, mais tu devras mettre le lien de ta fiche médicale dans ton profil cette fois-ci.) Le dossier médical.

Toutes les cartes sont entre tes mains, c'est à toi d'jouer!


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://b-cloud-and-lollipop.forumactif.com/t16-setsuna-mudo-admin
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Delacroix, Hikaru.   Jeu 8 Sep - 22:38

    Merci beaucoup Setsu'! Encore navrée pour ce looong délai avant de enfin la terminée ^^; !
    On dis vive les cours et les fins d'été x.x'

    Sur ce, j'ai posté une réponse à une demande de rp (pré-arrangée depuis un moment, donc bon xD ! )
    Après quoi je vais faire ma fiche médicale~

    À nouveau, merci~
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Delacroix, Hikaru.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Delacroix, Hikaru.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

+
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Beyond Clouds and Lollipops :: We can do it! :: Présentations :: Présentations acceptées-
Sauter vers: