AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Pause bien méritée [pv Anza]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sora Hayashi
[♪♫]~Psychologue~[♫♪]
avatar
MessageSujet: Pause bien méritée [pv Anza]   Dim 20 Mar - 22:05

10h20, cafétéria de l’internat :

Sora était en temps normal une personne d’une extrême patience. Ceci dit ses humeurs étaient en grande partie apaisées par la présence constante tu paquet de cigarette dans la poche de sa veste et de son éternelle tasse de café brûlante… Ors ce matin le grand problème qui se posait était la file d’attente qui se trouvait dans la cafétéria scolaire. D’un regard assassin et profondément exaspéré, il jaugea le temps qu’il lui faudrait pour atteindre le petit comptoir et tapa du pied en soupirant de plus belle. Résolument plus que vingt minutes à vue d’œil… Le temps qu’il s’était malheureusement imposé pour tout repos ! Croisant les bras sur sa poitrine il traina des pieds jusqu’à la machine et y jeta une pièce d’une main molle. Autant dire une chose… le jeune psychologue haïssait seulement et uniquement deux choses : le feu, ce qui pouvait paraître relativement logique étant donné qu’il lui avait fait fondre la moitié du visage, et le mauvais café ! Et il était évident que tout liquide sortant de cette cafetière mécanique ne ressemblait nullement à son doux et apaisant breuvage… c’était tout sauf son liquide doucereusement salvateur. S’il aurait put il l’aurait très certainement comparé à de la pisse de chameau d’ailleurs…Bref, il était de très méchante humeur à présent !
Il pressa la touche et attrapa le gobelet en carton avant de faire l’aller retour dans le couloir. Soufflant plusieurs fois à la surface il réussit non sans mal à ingurgité son bien le plus précieux puis enfouit énergiquement les mains dans ses poches avant d’en sortir le paquet de Lucky Strike un peu écrasé. Bon…Tant qu’à avoir une très mauvaise journée autant qu’il fume la moitié de son paquet comme un pompier non ? Se faisant, il traversa à grande enjambées le différent couloir et après avoir soigneusement évité le personnel et zigzaguer entre les différent élèves présent, il émergea sur le jardin. Quelque peu apaisé par la proximité de la verdure, il poussa la double porte qui le séparait à présent de sa pause clope tant méritée.

Sur le palier il fut aussitôt assaillit par la brise fraiche et le doux piaillement des oiseaux dans les arbres. L’hiver venait tout juste de laisser place au printemps et malgré le fait que le soleil soit encore très peu présent dans la voute nuageuse, il régnait à l’extérieur des murs de l’établissement une tiédeur relativement agréable. Il porta une main aux différentes cicatrices de son hideuse face et d’un pas agile se détourna adroitement pour être non face aux rayons ardents mais plutôt de dos à celui-ci. Sa peau bien que depuis longtemps guérit ne supportait absolument pas d’être ainsi exposée…
Tournant la tête à droite puis à gauche, il repéra un banc pour l’instant occupé par une seule personne. Ô joie, ô désespoir… Enfin il pouvait se permettre de trouver une place et de fumer tranquillement une cigarette sans qu’une nuée de petites silhouettes grimaçante et suppliantes ne se jette à ses pieds en se lamentant… Prenant place sur la petite banquette de latte craquelée, il alluma l’un de ces petits bâtonnet goudronné et le porta à ses lèvres sans se soucier tout d’abord de la présence à ses côté.

Ce ne fut qu’une fois totalement détendu qu’il la remarqua réellement. Ce fut tout d’abord à cause de sa respiration qu’il se reconnecta à la réalité. Elle était lente et régulière et d’une certaine façon rassurante de part sa monotonie répétitive. Ce qui n’était d’abord qu’un doux ronronnement se transforma aussitôt en présence pure et dure et l’obligea à tourner son attention toute entière vers la jeune femme…car oui c’était bien une jeune femme. Resplendissante d’ailleurs… Il se racla la gorge pour ne pas la surprendre et signaler sa présence, bien qu’en réalité il ne doute pas qu’elle l’eut remarqué depuis un moment. Franchement qui eut put l’ignorer alors qu’il était très certainement en train de l’importuné avec sa fumée depuis plus d’une minute.

« _ Désolé… Je pensais… Enfin je me suis cru tout seul et du coup je me suis mis à fumée sans vous demander si ça vous dérangeais jeune demoiselle… »

Sa cigarette de toute façon rognée jusqu’au filtre, il s’occupa de l’écraser sur le rebord métallique du banc puis jeta le mégot dans l’une des poubelles qui se trouvait non loin. Heureusement pour lui, celui-ci au lieux de s’écraser à côté, comme s’était souvent le cas, roula sur le rebord avant d’aller tout droit rejoindre les autres nombreux détritus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anza Kodowa
|♀|Élève|♀|
avatar
MessageSujet: Re: Pause bien méritée [pv Anza]   Lun 21 Mar - 13:19

Aujourd'hui ce n'es pas sa journée. De bon matin le réveille avait sonné trop tard...Et dire qu'elle voulait prendre un petit-déjeuné en paix! Une fois de plus elle dût attendre de longue et interminable minute avant d'avoir une place ou poser son popotin. C'est décidé, tout le monde c'est liés pour lui faire chier ! Jamais ceux qui essayaient de se faire amis avec elle en engageant une conversation et ceux qui voulaient savoir quand elle aurait finit ne lui avait autant prit la tête ! Elle soupira un bon nombre de fois au cour de ce petit-déjeuné, elle ne leur répondait plus depuis longtemps maintenant...Ici, il y avait trop d'âme en peine, de dépressif, trop de personne qui essaye de sourire...Elle n'arrivait pas à les remballer, à les envoyer se faire cuir un œuf...C'était devenu impossible elle ne voulait pas les blesser encore plus. Et voilà qu'on lui enlève ce plaisir ! Elle aimait voir les personnes souffrir oui mais là...ça relève de l’inhumain pour les blesser. Ils souffrent trop ! Beaucoup trop pour qu'elle en rajoute ! Il y en a trop ! Ça ne lui plaît pas, ça la compresse même. Au fait, depuis quand était-elle là ? Anza avait commencé depuis longtemps à abandonner l'idée de compter les jours, les semaines, les mois passés ici...Si elle comptait ce serais plus l’unité de décennie qu'elle utiliserais tant le temps était long ici pour elle...

Finalement, elle quitta sa place à la hâte pour se réfugier dans le parc. L'air lui glaça le visage, elle frissonne et regarde le ciel quelques secondes de son seul œil valide avant de marcher pendant quelques secondes et trouver un banc libre...Après tout à neuf heure passé personne n'était aussi fou qu'elle pour allez dehors en ce beau jour de printemps. Une fois installer sur le banc sans avoir pris la peine de regarder si elle s’asseyait sur quelque chose comme un chewing-gum elle ferma les yeux et laissa le vent lui taper fréquemment sur le visage. La jeune asiatique ne cherchait pas à regarder le paysage qu'elle avait déjà trop vu mais au bruit, le bruit des feuilles se tapant entre elles, le bruissements et tout ce genre de bruit régulier qui avait tendance à l'apaiser.

Après quelques minutes passaient elle essaya de chercher son mp3 dans sa poche mais elle ne trouva rien. La poche était vide. Voilà qu'elle avait oublié son baladeur ! Quel plaie ! Alors elle resta là assise, sans bouger laissant son visage se geler avec le vent. Malgré ça elle se sentait apaisé, ici rare était les personnes qui se baladaient le matin, elle se sentait défaite de toute la pression de la douleur des personnes qu'elle ressentait...Ici, on venait pas l'embêter. D’ailleurs, ses parents ne l'avaient pas encore appeler cette semaine, quoi que ce n'es pas ce qu'ils l’appelaient... Une fois de temps en temps histoire de vérifier si elle ne manqué pas des médicaments qu'elle ne prenait plus depuis son entré ici.

Alors que ses pensées divaguaient à droite et à gauche et qu'elle ne savait même plus depuis quand elle était là la porte s'ouvrit. Anza ne bougea pas, faisant comme si la personne dont elle entendait à présent les pas qui parasités le bruit de la nature. Par malheur elle l'entendit s’asseoir à côtes d'elle...Elle ouvrit alors les yeux pour fixait un point invisible dans le paysage...C'est qu'en plus cette personne c'était mise à sa droite ! Anza ne pouvait même pas donner un coup d’œil ! Stupide œil droit hors service ! Rapidement elle vit la fumer de la clope passer devant elle et se dissipé plus haut. L'odeur aussi prit place mais dans ses narines. Un adulte. Elle resta là, ne bougea pas d'un poil partager entre une envie de partir en courant ou simplement de prendre ses distances. Elle avait peur, sa nouvelle nature ne lui permette même pas créer un scénario ou tout se passer bien...ça ne faisait que quelques secondes que cette personne était assise à côtes d'elle que elle s'imaginait déjà dans les pires cauchemars existant...
Elle ne vit plus le petit nuage grisâtre artificiel crée par le bâtonner plein de goudron et nicotine ni l'odeur qui lui donnait plus envie de vomir au bout de quelque inspiration. Il avait arrêter sa clope, il allait donc partir ? Mais au son de sa voix d'homme non, il n'était pas partit. Elle tourne alors la tête au maximum vers lui pour le voir de son œil. Anza ne réagit même pas à la vu du visage de cette inconnu, elle lui fit ce qui doit ressembler à un sourire mais sur son visage et à ce moment là ça ressemblait plus à un rictus de débutant qu'autre chose. Les muscles de son visage était endolorie par le temps d'inactivité suivis du froid.

« Ce n'es pas grave...L'odeur de la cigarette m'es commun, elle ne me dérange pas...Et puis, vous faites ce que bon vous semble, vous être un adulte. »

Elle essaya d'ignorer sa peur pendant qu'elle parlait mais elle dut quand-même regardait le banc pour voir la distance qui l'es séparé et sans vraiment être consciente de son geste elle se décala un poil. Il ne lui faisait pas peur qu'un autre à première vu, ce n'étais pas plus mal qui sait ?

«...Vous travailliez ici ? Je ne vous ai jamais vu dans le personnel... »

Anza finit par retourner la tête vers son point invisible ne voulant pas qu'il ne commence à s’apercevoir de son problème de vu qui était plus devenu handicapant qu'autre chose pour elle. Tout ses sens en alerte elle attendit la réponse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://b-cloud-and-lollipop.forumactif.com/t607-les-yeux-sont-aveugles-lorsque-l-esprit-est-ailleurs-anza
Sora Hayashi
[♪♫]~Psychologue~[♫♪]
avatar
MessageSujet: Re: Pause bien méritée [pv Anza]   Jeu 24 Mar - 15:44

Le soleil tentait de pénétrer ses maigres protections et à présent lui dorait le front bien que la petite parcelle de peau soit parfaitement dissimulée sous ses cheveux et la capuche de son sweat. Il passa une main en visière pour se faire un peu d’ombre et observa la voute qui se trouvait au dessus d’eux deux. Elle était principalement composée des branches brunes plus ou moins fines et des feuilles verdoyantes de diverses origines. Chêne, cerisier, hêtre… Tous ces majestueux rois de la forêt semblaient s’être ligués entre eux pour que malgré leur splendeur ancestrale, ils laissent passer les rayons qu’il détestait tant… Ah quand le temps grisâtre de l’hiver où la pluie tombait sans cesse sur la terre pour la laver de toute sa saleté résiduelle de l’année ? Vraiment… Cette chaleur bien qu’encore faiblarde et matinale était franchement insupportable ! Elle lui collait l’irritation à la peau dans le sens figuré comme dans le sens réelle et à présent il sentait une sorte de picotement franchement désagréable qui rampait comme un insecte vorace sur sa peau…

Tentant de garder son calme le plus complet il se tourna vers la jeune fille qui semblait au moins aussi embarrassée que lui, si ce n’était pas plus par ailleurs. Elle était raide comme un bâton et bien qu’elle voulut le faire avec discrétion il remarqua qu’elle mettait entre eux un plus de distance encore. La vue de son visage labourée par le feu était-il si insupportable pour qu’elle se sente obligée de le fuir à l’autre bout de ce petit meuble d’extérieur ? Un sourire amer passa sur ses lèvres crispées tandis qu’il fourrait une main dans sa poche et en sortait de quoi se sustenter… Une fois qu’il eut déballé sa sucrerie et qu’il eut jeté le papier d’aluminium dans la poubelle toute proche il put enfin fourrer la tout dans sa bouche. Celle-ci ne jamais très longtemps vide : chocolat, cigarette, nourriture, café, chocolat, cigarette, nourriture…etc. Il mastiqua mollement un morceau de la barre chocolaté puis se tourna vers la jeune fille qui contre toute attente n’était pas encore partie en hurlant au démon.

« _ Bien qu’elle ne te dérange pas, elle pourrait de faire postuler au rang de cancer pulmonaire passif… Que je me tue moi-même à la nicotine passes encore, c’est tout juste de la stupidité suicidaire… Mais entrainer quelqu’un qui a encore toute sa vie devant soit et qui sur le même principe n’a absolument rien demander… Je dois au moins prendre soin des gens qui ne sont pas aussi abrutit que moi… »

Il sourit puis continua dans sa lancer à manger son petit déjeuner d’un air détaché. Il pensa à tout le travail qui l’attendait très certainement dans son bureau et grimaça pour de bon : trois tonnes de paperasse et quarante six dossiers empilés les uns sur les autres dans un désordre plus que palpable. Ce n’est pas qu’il n’aimait pas officier en ces lieux, loin de là même, mais par moment il se sentait étrangement las de tant de souffrance à soigner. Il se sentait comme noyer dans les petits déboires de chacun et ce qui n’était qu’une petite douleur devenait une mer houleuse de regret et d’amertume. Il repensa aux deux pochettes cartonnées qui se trouvait sur le tas de la pile en ce moment même… Il se représenta leur visage à tous deux, leurs problèmes psychologique et psychiatrique, il se remémora leur histoire et en grava chaque détails dans un recoin de son esprit, comme à chaque fois qu’il ne se trouvait pas devant son bureau. Nakajima Hisui et Arada Goto… Deux adolescents qui auraient pu être de bons petits si la vie elle-même n’avait pas tenté d’escamoter leur existence.

«_ Tu ne m’as jamais vu parce que je ne suis pas de ceux qui se traîne dans les couloirs. Je ne sors que rarement de mon bureau étant donné que je travaille… Et Dieu seul sait que je travaille tellement que j’en oublie souvent de venir manger au réfectoire… Comme quoi être passionné par son job ça existe encore quelque part … »

Il sourit puis posa une main serrée sur son propre genou tout en regardant à son tour un point sur la ligne d’horizon. Chaque fois qu’il faisait cela il sentait contre lui l’étendu infini de l’univers et étrangement tout cela l’apaisait… Pourquoi ? Et bien il se sentait infiniment petit et ce qui pour les autres aurait put paraitre déconcertant était pour lui un réconfort sans limite. Après tout, être aussi insignifiant qu’une fourmi aux yeux des autres et de l’immensité du monde était pour lui quelque chose de normal. « Ne me regardes pas, ignores moi, ne me parles pas, oublies moi… » Tant de choses qui faisait de lui ce qu’il était à présent et qui germait comme de la mauvaise herbe dans son cerveau lorsqu’il regardait au loin de la sorte.

« _ Ceci dit, je te retourne la question poliment car moi aussi je ne t’ai jamais vu dans l’établissement… Ors je vois passé beaucoup de monde près de ma porte et je pense que je me serais souvenu d’avoir vu quelqu’un avec un tel regard… »

Il n’y avait aucune animosité, aucune envie ni quoi que se soit d’autre dans sa voix. Il n’y avait rien que du professionnalisme et de l’indifférence. Il énonçait simplement un fait et tout ce qui s’en suivait. Anza avait des yeux tout à fait exceptionnels et il eut été complètement idiot de prétendre qu’il ne les aurait pas remarqués seulement et uniquement pour rassurer la belle. Il se cala un peu plus dans sa position plus ou moins confortable et ne tenta nullement de réduire la zone de sécurité que l’étudiante avait imposée entre eux. C’était en partie une des règles qu’il s’imposait même dans son travail : ne surtout pas brusquée une personne qui n’a pas du tout envie de se confier ou de parler de base.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anza Kodowa
|♀|Élève|♀|
avatar
MessageSujet: Re: Pause bien méritée [pv Anza]   Dim 27 Mar - 16:04



« L'homme s’autodétruit depuis longtemps, chacun a sa façon de le faire...Mais, au fond que ce soit volontaire ou non on se détruit tous...Sinon les autres le font à notre place avec la nouvelle technologie...Donc, vous n'êtes pas pour autant abrutie parce que vous faites comme tout le reste la population... »

Elle s'arrêta, le laissant mâchouiller ce qu'il avait prit dans sa poche. Elle pouvait l'entendre mastiqué et sourit. Elle aime ce genre de bruit, ce genre de bruit régulier et naturel que fais l'homme. Ces bruits humains avaient été les seuls à la faire garder espoir dans l’hôpital en dehors du bruit des machines et de leur « biiiiip » quelque fois quand elle se promené dans les couloirs ce qui annoncé que, dans quelques secondes des médecins allaient arriver en courant avec toute sorte de machine encore et encore. Chaque jours se ressemblaient vraiment la-bas. Chaque jours avait le même réveil, la même nuit.
Sa mâchoire était endolorie, ses doigts aussi, tout son corps était endolorie par le froid et pas l'inactivité qui avait duré plus de quelques heures. Elle réchauffa du mieux qu'elle pouvait ses doigts en les bougeant ou les frottant excessivement entre eux encore et encore. Pour ce qui était du reste de son corps elle devra y remédier une fois lever, ce qui n'allait pas être pour tout de suite.

« C'est une bonne chose d'être passionné par son travail. Si on ne l'es pas vraiment on fais mal son métier je trouve. Vous devez vous nourrir dans votre bureau non ? A moins que vous ailliez vraiment trop de boulot ce qui es compréhensible même si je ne connais pas votre...Métier. »

Elle fit une pause, longue pose, très longue ou elle eu presque un moment d'arrêt, un moment d’inconscience ou la peur était revenue au grand galop la ronger. Ça y est, voilà qu'elle recommençait ses scénarios farfelu ! Mais, pour une fois c'était un peu cohérent...D'après les dires de cet homme brûlé au visage il avait beaucoup de monde qui passait par son bureau, beaucoup d'élèves...Elle n'avait jamais mit les pieds à l'infirmerie même quand elle était malade donc, ce pouvait-il que ce soit lui qui s'en occupe ? Quoi que non...Il serait peut-être avec une grande blouse blanche ? Mais bon...On était le week-end et même Anza avait troqué l'uniforme scolaire par une petite robe moulante dans les tons marron rouge qui s'arrête à la moitié de ses cuisses. Un petit gilet en dentelle se chargeait de recouvrir sa poitrine et son cou, et ses long cheveux lui tombait sur ses épaules. Elle s'était à peine maquillé aujourd'hui, de toute façon tout le monde s'en contre-fiché qu'elle soit maquillé ou non.

« Vous êtes le médecin scolaire ? »

Ce fut sa seul phrase avant de sourire bêtement à sa réplique. Un tel regard c'est ça ? Un regard d'estropié, un regard avec plus aucun sentiment d'après elle...D’ailleurs elle ne l'avait pas encore détaillé du regard pour voir à quoi il ressemblait vraiment, elle avait surtout vu la brûlure sur son visage. Une brûlure ravageuse qui l'a questionner sur comment elle était arrivé sur ce visage, un visage au trait fin presque angélique. Elle profita du fait qu'elle devait répondre pour tourner une nouvelle fois sa tête vers cette homme, quittant le paysage plaisant du début de printemps pour le détailler du regard. Rien ne lui échappé, aussi bien sa brûlure qu'elle détailla, ses cheveux très clair et ses yeux...Ses yeux d'un bleu océan magnifique assez impressionnant dans un pays tel que le Japon...Est-il entièrement japonais ? Question qu'elle ne posera jamais, ce sera à méditer dans son lit pendant la nuit.

« Oh...C'est normal que vous ne m'ayez jamais vu... Je reste assez loin des élèves, je me trouve là où il n'y a personne...Dans le parc en hiver par exemple... Le silence est propice à la méditation après tout non ? C'est tellement relaxant de ne pas voir tout ce monde... Même dans les chambres il y a beaucoup trop de monde, ce n'es pas pratique de n'avoir qu'un petit mûrs donc peut d'intimité pour nous seule... Excusez-moi je m’égare...C'est donc normal que vous ne m'ayez jamais vu...Et je n'es pas un regard qu'on retient...Comparé à vous avez vos yeux bleu, c'est tellement peu fréquent au Japon ! »

Pour ne pas lui donner l'impression qu'elle le dévisage Anza tourne la tête pour regarder les premiers élèves passé dans le parc...L'heure devait bien être avancé vu que le frais matinal s’atténuer remplacé par le soleil qui commencé déjà à taper. Elle allait devoir partir dans un autre endroit vu que, dans quelques demi-heures il y aura trop de monde pour elle. La bibliothèque qui sait ? Mais pour le moment, elle était là avec cette homme assit donc elle ne connaissait strictement rien et pour qui elle se faisait violence de parler même si, au fond ça lui faisait plaisir de parler à un adulte qui ne cherche pas de vous extraire des paroles ou des élèves qui vous supplie presque d'être votre ami...Pour une fois, parler lui faisait du bien, parler avec quelqu'un d'inconnu qui n'attend rien d'elle...Ça faisait combien de temps que ça n'était pas arrivé déjà ?



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://b-cloud-and-lollipop.forumactif.com/t607-les-yeux-sont-aveugles-lorsque-l-esprit-est-ailleurs-anza
Sora Hayashi
[♪♫]~Psychologue~[♫♪]
avatar
MessageSujet: Re: Pause bien méritée [pv Anza]   Lun 30 Mai - 0:08

Sora adressa un sourire surpris et compatissant à la jeune fille. Il était agréable de rencontrer quelqu’un qui sans le savoir abondait parfaitement dans son sens. Sora n’avait jamais trouvé l’humain tout à fait à son goût… Il était vil, intéresser et violent par excellence… Il repensa donc à toutes les manières qu’il existait à présent pour détruire un individu puis hocha pensivement la tête, totalement absorbé par le cours que prenait de ses opinions au sein même de son cerveau. Il baissa ensuite les yeux sur la silhouette délicate et frêle de Anza et sourit calmement comme il l’aurait fait devant n’importe lequel des élèves qui traînait en ces lieux. Il pouvait aisément voir la lourde pancarte qui stagnait au dessus de leur tête. Chacun d’eux portait une peine bien trop lourde pour leur âge… Une peine qui à l’image de la terre pour le titan Atlas, les faisaient se courber encore et encore… Ainsi ce qu’il appelait leur « psyché » dans son métier se rétractait… et ils devenaient souvent asociaux, violent, narcissique… etc… Autrement dit des gens déséquilibrés à leur façon. Inconsciemment, il tenta donc de deviné quel était le penchant de cette charmante jeune fille… Cependant il n’en avait ni le temps, ni l’opportunité.

« _ Non je ne me nourris pas toujours dans mon bureau… mais je dois avouer que manque de temps cela m’arrive quand même plus ou moins régulièrement… Par contre comme je suis du personnel je mange dans cet espèce de local qui nous est réservé…et en plus je mange souvent en dehors des heures de repas conventionnel…Du coup je ne vois pas grand monde quoi qu’il arrive. Et pour ce qui est d’aimer son travail, je l’aime tellement que je me noie dedans jusqu’à des heures peu recommandable je dois dire… »


Il sentit brusquement la jeune femme se rétracter. Il tenta d’en identifié la cause mais n’y parvint pas tout de suite. En effet, dans ses paroles il ne voyait pas ce qui pouvait d’une manière ou d’une autre avoir heurté son jeune vis-à-vis. Ils n’avaient jusqu’alors pas parler d’elle et encore moins de quoi que ce soit de personnel… Rien donc qui eut put l’offenser… Pourtant il le sentait elle était devenue méfiante, voire hostile, envers lui. Il se contenta de hausser les épaules légèrement puis de passer outre le ton presque soupçonneux de la voix de Anza. Mais lorsqu’elle ouvrit de nouveau la bouche et lui posa la question de but en blanc, il comprit en partie ce qui dérangeait tant la jeune demoiselle.

« _ Je ne suis pas du tout le médecin scolaire… Je travaille par contre dans le même coin. En gros… Je suis le psychiatre/psychologue des lieux… Mais je te rassure je suis aujourd’hui un homme en vacances…ou en week end… Et je ne suis QUE ça… Je ne suis pas venu m’assoir là pour te psychanalyser où je ne sais quoi d’autre. »


Il sourit chaleureusement puis tourna son attention de nouveau vers la forêt. Devant lui elle s’étendait majestueusement et couvrait une certaine superficie de l’espace qui leur était accordée. De loin, il put clairement discerner la silhouette rondouillette et rousse d’un écureuil mais aussi celles de nombreux oiseaux. La flore et la faune de la cours lui prirent un moment de son attention, et il put ne serait que l’espace de quelques minutes, croire qu’il était totalement autre part que dans l’enceinte du bâtiment. Mais il fut brutalement ramené à lui…Il se tourna vers la jeune lycéenne et avec indulgence et sympathie lui répondit d’une voix neutre mais clairement douce.

« _ Personnellement je fais partis des gens qui comme toi cherche continuellement la solitude et la méditation… Peut être est-ce aussi parce qu’à présent la proximité d’autre être humains me met mal à l’aise… Je ne parviens pas du tout à comprendre certaine de leurs réactions lorsqu’elle me concerne et du coup je préfère miser sur la sécurité… En gros rester très très loin de ceux là. L’inconnu…ça peut faire peur… Même à un psychiatre diplômé ! Et pour ce qui est du regard je ne puis que te dire que tu as tort… Tu sous estime la couleur et la profondeur de ton regard. Pour ce qui est des miens on ne les remarque quasiment jamais… Les gens se focalisent largement plus sur ma blessure que sur quoi que ce soit d’autre de mon visage… Mais avant mes yeux étaient un atout je te l’accorde… »

Il sourit puis détourna une nouvelle fois son attention. Cette fois ci, elle fut captée par les rayons du soleil et… par l’affluence qui commençait à se faire sentir. Il devait bien admettre qu’il était agréable de discuter le bout de gras sans avoir à travailler et méditer dessus…cependant il n’était pas sûr que la conversion put duré éternellement. Vu le nombre de personne qui sortait du bâtiments, il allait soit avoir beaucoup de travail d’ici peu de temps, soit être obligé de parler rudement fort pour palier au brouhaha incessant que créait les élèves en piaillant comme une colonie de poussin affamé !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Pause bien méritée [pv Anza]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Pause bien méritée [pv Anza]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

+
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Beyond Clouds and Lollipops :: Extérieur et Alentours :: Parc de l'internat-
Sauter vers: