AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Aveugle de vue, aveugle de vie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: Aveugle de vue, aveugle de vie   Ven 28 Aoû - 21:59

Une voiture se posta devant la maison de campagne où vivait Owen. Il avait déjà préparé ses affaires, où plutôt, ses affaires tenaient dans une valise et n'en n'avait jamais été sorti. Il était sur le péron, encadré par un couple à l'apparence austère, et l'apparence seulement.Le jeune est habillé dans les tons pastels, chemise large -trop large- et jean. Ses cheveux sont lâchés et ses yeux sont à l'air libre, d'un bleu trop clair, d'un vide qui pourrait inquiéter. Une écharpe blanche en laine lui enserre la nuque, juste assez pour qu'il ne souffre pas de la brise d'air fraiche de cette matiné.Ses mains, devant lui, serrent la poignet de la valise à blanchir leurs jointures!

Il écoute, imperturbable dans son aspect, les parents, eux, ne le lâchent pas des yeux, on leur avait communiquer l'incident avec Lilianne, le petit n'est pas à prendre à la légère, surtout depuis qu'il avait été séparé du directeur du centre auquel il était fortement attaché. La famille d'accueil pensait avec ferveur que de placer le petit en orphelinat devrait l'aider à avancer et à comprendre que ce qu'il avait vécu était tout bonnement malsain et surtout interdit.

Il entend la porte qui claque et se redresse, desserant un peu sa poigne et regarde fixement devant lui. Les pas, et l'homme qui toussote, comme pour lui faire comprendre qu'il se trouve en face de lui, ne trouvait-il donc pas qu'il ne faisait pas encore assez de boucan? Sur les lèvres d'Owen se dessine un sourire de circonstance alors qu'un 'bonjour' calme et innocent ose même les franchir.


" - Bonjour Madame, monsieur. C'est donc ce petit que je dois amener à...
- Oui. Vers quelle heure arrivera t-il?
- Il y a 4 heure de route aussi arrivera t-il vers 10h, Monsieur.
- Bien -le chef de famille se tourne vers le jeune, toujours aussi droit, aussi froid- appelles nous quand tu arrives, et surtout, fait bien attention à toi."


La femme, elle, le prend dans ses bras, déjà attaché à cette poupée de porcelaine, qu'ils croient tous fragile du fait de sa cécité. Une main du jeune lâche la valise pour la poser sur le bras qui l'enlace, oui, je vais bien, semble t-il dire, mais maintenant, je dois y aller. Elle sait qu'il ne dira pas mot, du moins le croit-elle, car, alors que l'aveugle a rangé ses affaires dans le coffre, il se tourne vers la femme, il sait où elle est, et lâche, d'une voix quasi monocorde:

"Ne vous inquiétez pas, je reviendrais. A bientôt..."

Il leur sourit une dernière fois avant de prendre place à côté du chauffeur qui n'attends pas et démare. Durant le trajet, pas un mot ne serra échangé entre les deux hommes, Owen, pour combler le silence, prendra ses écouteurs et la musique remplacera la parole qui aurait pu être émise. Ses doigts tapotent sa cuisse avec une impatience contenue, il ne sait pas où il va, va mettre quelques jours pour mémoriser les lieux et donc devra se servir de quelqu'un pour déjà tout simplement se repérer. Quoi que... Il fouille dans ses poches pour trouver l'enveloppe que lui avait remis ses 'parents'. Quelques mots, en braille, mais pas de plan. Il devra s'en faire un, au pire, comment, il ne savait pas, mais il trouverait bien, il a toujours été débrouillard, la vie ne lui a pas permis le contraire, loin de là.

Après quatres heures fastidieuses, la voiture s'arrête, Owen sort et recule sous le vent qui souffle. La voix du conducteur l'agresse à nouveau:


" - Ca va ptit gars? Attends, je vais sortir tes affaires.
- Je vais le faire."


Il voulut ajouter qu'il n'était pas manchot mais se retint à temps. A la place, il claqua violemment la portière et se saisit de la valise avec vivacité et entrain. Il sentit la personne sourire, comme un adulte devant un enfant qui fait ses premiers pas. Aussi, Owen, agassait, lui demande de l'amener à l'entrée puis le remercie, lui dit que s'est bon, qu'il se débrouillera tout seul, après quelques minutes d'un débat assez pathétique, le chauffeur finit par le laisser, et c'est à Owen de souffler, en poussant la porte, sortant sa cane car ayant la flemme de chercher son détecteur. S'il n'avait pas eu ses antécédents, il aurait pu avoir un chien, mais bon, il s'en passerait jusqu'à sa majorité, du moins l'espérait-il. Il referma la porte et n'entendit que peut de bruit, les autres devaient être en cours où je ne sais quoi d'autre. Seul le raclement de sa canne se faisait entendre. Il finit par se poser contre un mur, lâchant sa valise et cherchant son portable. Pratique, il était à reconnaissance vocale.

Il prévint sa famille qu'il était bien arrivé mais qu'il n'avait encore rencontré personne, ils lui préconirent d'attendre un peu, d'être patient et de surtout ne pas s'énerver, que tout venait à point à qui sait attendre, il en rit un peu, un rire jaune. Il resta un moment au téléphone, s'étant accrocher à cette famille, patiente, qui ne lui avait jamais reprochait ce qu'il s'était passé au centre, peut être par respect pour lui et non par compréhension de cet amour, mais il s'en moquait, pour lui, s'était tout bonnement suffisant. Il était en pleine conversation lorsqu'il entendit des bruits de pas:


"Je vous laisse, j'entends quelqu'un."

Il n'écouta pas la suite des paroles qu'on lui adressait et raccrocha, s'approchant du son qu'il entendait. Il se stoppa à un mettre environ et sa voix résonna dans le hall qu'il comprit, devait être assez conséquent. Il se stoppa, sa canne pendant mollement le long de son bras, et il se campa sur ses deux jambes, raide comme un piquet, les yeux baissaient:

"Bonjour."

Il ne dit rien de plus, que pourrait-il dire de toute façon? Cela aurait été inutile, du moins le pensait-il. Il eut un geste mécanique, remettant derrière son oreille une mèche de ses cheveux aussi blanc que la neige.

*Bon, il attend quoi pour me répondre? Hum... ne t'énerve pas... Ca tombe, tu parles à son dos. Non, impossible, je sens son souffle. Qu'est-ce que je fais s'il ne répond pas? Je reste en plan comme une belle potiche? Zen Owen... Ne mord pas ça ne servirait à rien.*

Il hésita à dire quelque chose de plus mais ne dit rien, se contentant d'attendre, légèrement... tendu dirions nous, d'être dans une position aussi indélicate. Sa famille avait oublié de lui fournir le plan en braille il devrait donc se dépatouiller seul. Se n'était pas la mort, si? Owen se retint de soupirer, et, à la place, offrit un nouveau sourire de circonstance, n'oubliant pas les bonnes manières qu'Il lui avait apprise et qu'il devait tenir pour Lui faire honneur.Là, il aurait préféré dormir dans un bon lit et non pas être en plein milieu d'un internat dont il ne connaissait rien et où tout les espoirs avaient été mis pour le remettre sur le droit chemin!
Revenir en haut Aller en bas
Cloud Strife
[x~Admin/Surveillant {viOleur}~x]
avatar
MessageSujet: Re: Aveugle de vue, aveugle de vie   Dim 30 Aoû - 20:30

Il n'était que 10h et pourtant le surveillant Cloud arpentait déjà les couloirs de l'internat depuis plusieurs heures.
Seul surveillant ces derniers jour, pour s'occuper de tout un internat et surtout une bonne flopée d'adolescent tout juste rentré de vacances, encore tout excitée par celle ci ou la rentré qui s'annonçait plutôt rude pour le corps enseignant...

Mais bon, Il fallait dédramatisé. CLoud n'était pas réellement seul entre ces murs froids et éclairés par de grande baie vitré. Tout près de lui, des petits bruit sourd le suivait prestement.

Et puis aujourd'hui ne serait pas aussi ennuyé que les autres jours... la rentrée oblige. Quelques nouveaux élèves arrivaient dans les jours prochains et il était tenu de les accueillir au mieux.

A l'heure que la famille avait donné à l'internat, Cloud se dirigea vers le grand hall dont le plafond pouvait presque toucher les étoiles...
Il uppercut au loin un jeune homme, pas bien grand et au cheveux argenté qui brillait sous les quelques rayons de soleil taquin en cette journée d'aout.

S'avançant vers lui en souriant, il s'approcha et put confirmé ce que le dossier du jeune homme qu'on leur avait envoyé disait.
Semblant assez crispé, il n'eut pas le temps de prendre la parole que le jeune homme lui disait bonjour, avant qu'un léger silence retombe ....
Cloud était presque en train de rire, alors que son chat et collègue était venu se percher sur son épaule et se tenait devant l'adolescent, curieux.


"Là, vous dites bonjour à mon chat."

Attrapant la petite bestiole, il la reposa à terre alors que rapidement, il fut captivée par un papillon rentré dans le hall lorsque l'adolescent avait du rentré.

"Excusez moi, je me présente Cloud Strife. Je vous souhaite la bienvenue dansnotre Internat...Je suis surveillant ici et c'est moi qui vais vous conduire à votre chambre. Si vous avez des questions, je suis là pour y repondre. Vous êtes bien Owen Blitz ?"



~Like a Toy Soldier...~
Je sais que tu penses à moi, Invité....

(clic sur l'image puis repasse dessus~)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://b-cloud-and-lollipop.forumactif.com/t17-x-cloud-strife-x-admin
 

Aveugle de vue, aveugle de vie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

+
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Beyond Clouds and Lollipops :: Internat :: Entrée et Accueil-
Sauter vers: